Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
I comme

Poéticomaton 02/10/2014 : 21h42

2 Octobre 2014 , Rédigé par T.B. Publié dans #Poèmes, #Poéticomaton

ô faubourgs vous étiez l'écrin le rêve

s'est achevé comme un rayon de soleil capturé dans une flaque d'essence

la périphérie vaut bien le reste

si je suis l'annexe, si je suis l'étrange, si je suis l'autre

si je suis celui qui ne fut pas attendu

si je dois être quelque chose pour que l’œil hagard du béton me reconnaissance en ses murs

alors je refuse les lois de la syntaxe je

récuse l'alphabet j'ai vu des signes

me héler du haut du ciel rampant entre les tours

j'ai vu des feux routiers passer au magenta

j'ai vu la prunelle d'une gazelle qui me tendait son sein

j'ai vu j'ai vu tout ce qu'il y avait à voir et pourtant

j'en demande encore

mon rêve s'est éveillé dans ma mémoire

je suis descendu de la moto que chevauchait ma nuit

les chiens, les embûches c'était trop facile

un pouvoir nouveau c'était l'ivresse

et d'inventer

mon rêve j'ai sorti l'hominidé de l'ininventé du

comble

Je suis descendu ils étaient partis

ils n'avaient même pas laissé une trace de leur absence sur le trottoir

la mer était pleine le monde était à neuf

J'étais tout seul j'ai créé un peuple

le ciel n'a même pas pu claquer des doigts les blés

avaient muri

hé! banlieues du béton tressé des perles

sur une aire d'autoroute j'ai respiré de l'air pur

il n'y avait plus rien qui puisse empêcher

il y avait une chance qui flottait dans l'air

à portée de narine

il y avait une chanson je n'ai pas à me souvenir de son air

les enfants avaient perdu leurs signes distinctifs

l'apparence n'était plus qu'un pyjama qu'on

enfilait la nuit pour caresser les draps

La lune

ramena la mer et nous mouillâmes

aux ports du songe le son

avait muri lui aussi

ô rire muré tu murmures à mon enclume

sacrée

d'un promontoire très excitant ont jailli les larmes

ô mon cœur nous étions penchés

par dessus le bord de notre nature

du fond de la mer des lamproies clignaient de l’œil des ampoules

pour éclairer les poissons aveugles

une poussière se faufilait sous la paupière -

tout était prétexte à feu d'artifice en ce temps-là

en ce temps hors du temps

nous étions venus ils étaient partis

alors j'ai repris ma moto au milieu des éponges du capital

et j'ai passé

j'ai passé

les vitesses ou le temps ou peut-être

les bornes

le rêve s'étirait noir à l'infini

en son juste milieu courait une ligne blanche intermittente

du spectacle

je n'en croyais pas mon âme

l'imagination fourmillait au bout des doigts

nous nous serrâmes la main : moi, l'autre, l'étranger

lui, moi, l'autre, le réconcilié

le vent dans les cellules grises

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article