Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
I comme

Poéticomaton 06/10/2014 - 22h00

6 Octobre 2014 , Rédigé par T.B. Publié dans #Poèmes, #Poéticomaton

 

c'est un petit peu d'aube qui vient te héler à la fenêtre

sieur l'hiver est arrivé

avec sa voix blanche du vent et de l'ondée

parce qu'il faut bien que les saisons, alternant leur garde, surveillent l'approche de l'éternité

l'homme ou l'ours oublie tout n'entend plus rien

que le chant des chataignes dans la poêle et le cri du froid

la menuiserie s'éloigne des forêts

quand le gel s'invite au bout des doigts

il n'y a plus que la fourrure qui tienne

et les oreilles s'empourprent aux sénats communs

sous les voûtes l'air s'engouffre ses doigts de mécréant

font rougir les joues des jeunes vierges

le roi se fait timide dans son berceau

de ciel et garde le lit des trois jours ou plus

l'homme ou le chien se lève avec la nuit et la nuit l'emporte

le règne du sémaphore est advenu

 

c'est que la nuit règne six mois

et que les jours sont siamois

 

les manteaux s'alourdissent et les mines s'allongent

pneu qui patine = grise mine

un pet de givre met le métro en grêve

les navetteurs ne s'aperçoivent même pas que rien n'est revendiqué

ils doivent être sur la lune

sieur l'hiver a pointé

le petit matin vient te chercher

chaque jour arrive à point

le froid vif t'attendra au saut du lit et sur le pas de porte

il faut sortir des couvertures il faut vivre il faut

agir et il faut aimer

la chanson des arbres nus ressemble à l'air des cimetières

une écharpe chaude c'est peu pour plaire

voici venir l'hiver et il te trouve seul comme un ver

dans tes draps dans ta tête dans ta terre dans ton lit tu ne dors qu'avec l'hiver

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article