Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
I comme

Poéticomaton 01/12/2014 - 19h49

1 Décembre 2014 , Rédigé par T.B. Publié dans #Poéticomaton, #Poèmes

 

perturbé non ce sont les fleuves qui descendent en escaliers vers l'océan il n'y a aucune marche que tu puisses emprunter Emprunté c'est le mot qui te colle à la peau on dirait qu'il a été taillé pour toi tu n'es rien que gauche en toute circonstance le monde a oublié de te ménager une place Place tes pions sur l'échiquier il te faudra réfléchir chaque coup et n'en infléchir aucun Aucune éternité ne t'attend au ciel aucune femme au soir de ton lit Lis ces pages aux significations qui s'émoussent quand tu les crois le tranchant de couteau à beurre à même de percer le vaste emballage de ton existence Tance tous les cuirs et vertement encore place ta botte à tous les culs les coups sont mérités il n'existe personne qui soit assez loin pour que tes reproches ne puissent l'atteindre Teindre le langage est-ce ton seul passe-temps où l'enfouis-tu tout ton temps dis-moi et ces poèmes à quel mur les punaises-tu ?

j'ai le quotidien au rabais : j'achète mes jours par paquets de sept et puis je les range

étrange vanité

je prends le métro mon amertume me regarde dans le reflet de la vitre

parfois de honte je détourne le regard et alors j'aperçois... la grâce incarnée l'érection garantie

- Mademoiselle, cessez d'être aussi magnifique, je n'arrive plus à me concentrer sur ma honte !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 

mais dites-moi, cher lecteur, que vaut la poésie face à une belle femme ? J'échangerais deux-cents de mes divagations contre une nuit sa peau contre la mienne
juste une nuit parole ! juste le contact de sa peau !

Hélas, je ne trouve pas le bureau de change qui me permettrait de réaliser cette opération.
Cette nuit encore, je dormirai seul ?

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article