Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
I comme

Poéticomaton 13/01/2015 - 15h52

13 Janvier 2015 , Rédigé par T.B. Publié dans #Poèmes, #Poéticomaton

panse ta route il y a des frissons aux portes du silence franchis-les ne te pose aucune des sept questions maudites qui font tourner les mots dans ta bouche pose les montagnes au seuil de l'amour la désertion sera infranchissable et placarde des panneaux promettant une mort certaine aux alpinistes.

Les astres ne tolèrent aucune hésitation je l'ai lu dans mon canard ce matin entre les pages des petites annonces et le dernier fait divers cloîtré au fond de la gorge du média totalitaire JE PARLE AUX GENERATIONS je parle et je veux être écouté car j'ai grand renfort de pub à fourguer. La solidarité est pour demain, ils l'ont annoncé !

enfouies sous des forêts les dernières reliques transforme-toi en cochon truffier en parfait sangler et laboure les jardins défendus retourne toutes les terres et les idées préconçues il n'y a définitivement aucun rapport entre toi et tout ce qu'il disent de toi Le discours est toujours une supercherie

J'ai rempli les joues de termes improbables et je vois les animaux sauvages balader la ville et prétendre aux trottoirs Les mares du soir descendent sur la ville, évitant soigneusement les rares parapluies et le soleil, ce vieux couard s'est planqué ! L'hiver l'a plaqué il lui a dit "dégage!" nous n'avons rien à faire de ta chaleur laisse-nous endurer les vents et les sobriquets du froid... de canard évidemment

le froid est un loup solitaire venu manger à la gamelle de nos épaules il te suffira de le flatter d'une nuque dégagée et il se blottira entre tes poumons Alors inspire vite et grand engoule le vent rapidos et d'abondance ouvre ton nez ouvre ta glotte et déglutis l'air sauvage

il n'y a que ça de vrai OU BIEN c'est bibi qui radote des biestreyes

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article