Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
I comme

Hors-d'oeuvre

19 Mai 2015 , Rédigé par T.B. Publié dans #Poèmes

 

Je ne me vois pas empiler une nouvelle pièce de bravoure sur mon tas de pièces mortes. Pas ce soir. Les vieux os ça craque toujours, surtout quand ils sont faits de mots. Des bouts de vérités descriptive j'en aurais des tonnes à te fourguer mais j'en suis fatigué. Parfois je sens que mon vers libre ne rime plus à rien.

Libre. Quelle blague ! Elle m'emmerde cette vieille idée qui, comme une trâce de brûlé au fond de la casserole, refuse de disparaître sous les coups de poliche. La liberté. Est-ce que je suis libre moi ? La vie est-elle tellement une question de choix ? Franchement j'en doute. Mon vers est aussi contingent que le reste, il coule d'une source. Laquelle ? Je l'ignore. Une source, c'est une façon de parler, il est arrosé de mille pluies.

Dans la vie, je fais prof. Ca vaut bien autre chose. C'est plutôt une chance, à y bien regarder d'ailleurs. J'ai même des collègues intéressants, j'te dis pas le luxe ! Après, ça pose plein de problèmes et niveau solutions, on se retrouve plutôt démuni. Mais qu'on m'indique le point central où les contradiction disparaissent. Celui de Breton, ou un aut'.

Quand je rentre chez moi, je fais lecteur. J'avale des bouquins comme d'autres des pilules. C'est un mode de vie, disons. J'ai une petite ambition : mieux comprendre le monde dans lequel je vis. Qui accroit sa science, accroit sa douleur, hein René ! Accroitre sa science dans un canapé 'achement confortable sous les auspices d'un appartement tout confort, ça reste acceptable comme souffrance.

Quand j'étais jeune, je faisais pareil. Lire. Bon pas tout le temps, je joue aussi, je glande, je vois des gens, etc. J'en ai amassé du roman, du daubé et puis du classique aussi. Voyager, c'est l'effet que ça me faisait. L'immersion, l'illusion narrative plein le pif jusqu'au plus central du cerveau. Génial ! Aujourd'hui c'est plus compliqué, les romans je les approche moins. Je m'enfonce - très littéralement - dans des essais politiques.

J'ai essayé d'en écrire aussi, des histoires. J'les voulais chouettes, drôles, sombres, puis symboliques aussi. Du style mine de significatons, façon mythe antique. Problème : j'ai toujours eu la plume paresseuse, aucune réécriture ou si peu...Alors, évidemment, confier une page au génie de l'instant, c'est plus simple que quatre cents. Du coup : poésie, poésie.

L'abandon. On couche le désespoir sur un transat pour dix minutes ou deux heures. Voltige à très haute altitude de vocabulaire, de phraséologie. Le pied total. Je ne m'en lasse encore pas.

Hélas, j'accumule les exploits solitaires. Je n'arrive pas à me défaire du rêve du grand tout. Je voudrais que tout s'organise de soi-même, comme par enchantement. C'est une connerie évidemment. Produire une oeuvre, non un ensemble de fragments - même Héraclite avait produit une oeuvre - ça a autrement de la gueule et du poids. Bon. En ce moment, j'attends que le courage vienne se présenter à la porte de ma littérature. J'attends.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

egfrild 15/08/2016 11:06

Bravo! Une plume singulière, attachante avec ce qu'il faut de sombre mais clairvoyante aussi. Littéraire, surtout.
Je reviendrai vous lire puisque incontestablement il y a 'matière' à lire.

T.B. 16/08/2016 00:26

Vous êtes le bienvenu. Votre commentaire me fait plaisir (à quoi bon parler si c'est pour n'être pas entendu?) ; puissiez-vous en éprouver encore à lire mes pages.

Nevena 17/04/2016 13:51

I pined it up/Bookmarked it. So in the morning, or in the "breaks" I open it, read it and feel your little bit ironic, well balanced, witty and charming spirit around me. It's a more complex but intriguing guidelines to T.D.