Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
I comme

28/05/2016 - 14:22

28 Mai 2016 , Rédigé par T.B.

En cette heure de grande hypocrisie, il me paraît urgent de poster ce gribouillage insignifiant. Il me manque l'instrumentale où accorder mon violon, ma voix. Je dois dire que la pollution sonore ne manque pas. La ligne est parasitée. Mangée aux mites, la diffusion. De nos jours, les ondes se brouillent, ce doit être la profusion. Mon magazine ne tarit pas d'informations, quand ce ne sont pas des éloges. Ce n'est pas dur à lire, tout y est clairement expliqué. Ou plutôt, le difficile à expliquer n'y figure jamais. Cela freinerait la production, comprenez. Il faut parler et vite, de nos jours, car quelqu'un d'autre attend toujours par raconter la sienne, d'anecdote. Synode pressé. Palabre sans-la-minute. Je sais que c'est un thème usité la rapidité du siècle mais je m'en tamponne. Je suis lent. Ma pensée n'est pas fulgurance, elle est souvent rance d'ailleurs mais ça n'a rien à voir. Mon rythme de vie n'est pas foudroyant. Mes émotions ne vont pas plus vite que la lumière. Ma carrière n'avance pas. je ne dirai pas que j'en suis très heureux, mais je n'en suis pas particulièrement malheureux. Voici le genre de compromis où l'humain ordinaire se réfugie. Il n'y a pas grand chose de grandiose dans nos cités. L'espoir bande mou. Je prends mon temps ou je le perds, je ne sais plus, je m'y perds. Je me perds dans mon temps qui est le vôtre aussi. [https://www.youtube.com/watch?v=PTWFhahxIbM] Je m'abîme dans la mélancolie qui m'habite mais chaque fois que mes doigts, rapides comme l'époque cette fois, rapides comme l'élan, s'agitent sur mon clavier c'est une berceuse qui résonne dans mon âme. Je suis bercé. je me fous de ce que je peux bien écrire, est-ce bon, mauvais, original, lyrique, puissant, je m'en moque pas mal tant que cette danse de mon esprit sur le papier sur le clavier me catalyse le cerveau. Je n'ai as grand chose à dire qui n'ait été dit déjà. Je n'ai pas grand chose à dire que je n'aie dit déjà. J'utilise toujours les mêmes mots. J'utilise toujours des mots qui ont été utilisés avant moi. D'ailleurs ma pensée même est recyclée. Mais tout pensée ne l'est-elle pas? Une assemblage novateur. Une tentative d'intelligence. Ça me fait sourire. J'aurai l'esprit coubertin de mon côté. Et puis un sourire c'est mieux que rien. Voilà, c'est ce genre de vérités dont j'aimerais me contenter. Seulement ça n'est pas si simple.L'insatisfaction guette. Les recueils d'aphorismes ne sont pas d'un grand secours quand le monde vous saute à la gorge le matin. Quand le réveil vous tape sur l'épaule. Hé, mon vieux, faut s'lever, faut y aller, bouloter. Quand une main amie vous serre la vôtre, c'est moche les au revoirs, ça fait chier. Comme les agendas, les problèmes de compatibilité. Comme les affectes, les problèmes de compatibilité. Tu veux faire ci, moi ça. C'est emmerdant ce genre de problèmes. Ca gonfle, à force.

Voilà, c'est le mot que je cherchais. Gonflé, c'est très exactement l'état dans lequel je suis. Je suis gonflé. Pas à bloc, certainement pas. Pas courageux non plus. Je suis gonflé.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article