Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
I comme

Chanson du jeune marin

10 Septembre 2013 , Rédigé par T.B. Publié dans #Poèmes, #Les hommes et la mer

 

Moi, si jeune si fort Casanova des bords de mer
muscles hâlés roi des sept mers
de la sainte-barbe à la hune en un éclair
Les ports sont plein d'odalisques
Et l'océan d'incertain

 

Qu’importent le scorbut et les pirates aux larges épaules
La houle et les beauforts
Les membres engourdis et les nuits de hamac
Qu’importe, qu’importe…
Il est une lutte à continuer, une lutte, une lutte commencée dans nos sangs,
Cri de ma chair de mon âme
Ecrit dans l’hérédité de ces maisons de pêcheurs et le noir de nos tatouages

Qu’importent, qu’importent les dangers
Nous, lie des ports, marins au long cours
Notre valeur cent et cent fois prouvée contre vent et vagues
Le pont supérieur dira nos exploits
Dira le sang contre la lame glacée
La sueur contre les paquets de mer
Les nuits de hune contre le froid
Les nez cousus les corps lestés

 

La mer bleue de nos ponts, ou verte, ou noire,
Dauphins à la proue, mouettes aux mats, perroquet au timon,
Coquillages, récifs et poissons-volants
Les ports sont plein d'odalisques
Et l'océan d'incertain

 

Qu’importe, qu’importe
Femme qui pleure, épouse qui se lamente,
Maisons vides et maisons veuves
Orphelins au regard de braise accusent l’horizon

Qu’importe, qu’importe
Les bars sont pleins d’odalisques
Et l’océan d’incertain
Moi si jeune si fort Casanova des bors de mer
Ma chope déborde de mousse
De rires et de chants

Et la mer toujours, bleue de nos rêves.
Déploie nos songes ailés
Milliers et milliers de gréements
Comme autant de ballons lâchés au vent.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article